Les ponts thermiques

 Pour ce projet les ponts thermiques ont été calculé par un logiciel de simulation thermique selon la norme NF EN ISO 10211 (AVRIL 2008).

C’est un point essentiel de la maison passive, un plan de coupe permet d’apprécier les ponts thermiques :

CoupeSalon

Les ponts thermiques de plancher haut et intermédiaire

Les rupteurs de ponts thermiques du plancher intermédiaire poutrelle-hourdis et de celui du toit terrasse permet de maintenir la continuité de l’isolant intérieur. Le calcul ci-dessous du pont thermique de jonction mur/toiture donne une valeur Ψ = 0,066 W/m.K :

acrotere

Calcul PT Mur/Toiture

Un petit imprévu de chantier a finalement fait en sorte que les rupteurs de ponts thermiques (photo ci-dessous) ont été recouverts de 2 cm de béton lors du coulage de la dalle de compression du plancher. Le pont thermique sera de ce fait plus important que prévu à Ψ = 0,110 W/m.K (soit presque le double !!). Heureusement qu’une marge a été prise lors de la conception de la maison afin de compenser cet imprévu.

rupteur

Rupteur de pont thermique avant coulage du béton

 

Le pont thermique de jonction sol/mur

Ce pont thermique a été traité par un retour de TMS de 48mm le long du mur afin de connecter l’isolation du sol avec l’isolation du mur en évitant le pont thermique de la chape :

ptsol

La valeur de ce pont thermique est Ψ = 0,044 W/m.K

Les isothermes de la simulation thermique ainsi que sa valeur montre bien l’inutilité dans ce cas de mettre en place un isolant en soubassement de l’isolation par l’extérieur. Ce pont thermique entre l’isolation par l’extérieur et l’isolant sous chape est généralement mal traité (voir même sous-estimé) dans les constructions courantes.

Le retour de TMS fait une épaisseur de 48mm afin d’éviter de fixer le rail bas du futur doublage en plaque de plâtre (100mm de GR32 + BA13) trop près du bord de la chape (risque d’éclatement de la chape)

Jonction Menuiserie/Mur

Le traitement de ce pont thermique a été difficile sur le chantier, la clef de ce problème est d’avoir un retour d’isolant suffisamment bon coté intérieur.

Les simulations de pont thermique donnent une valeur de Ψ = 0,014 W/m.K avec un habillage du retour avec 3cm de panneaux de PU contre Ψ = 0,05 W/m.K sans habillage isolant, soit plus de 4 fois plus de pertes à ce niveau. Malgré tout la valeur sans habillage est acceptable pour le projet.

menuiserie

Simulation avec retour d’isolant

menuiserie sans

Simulation sans retour d’isolant

En cours de chantier le plâtrier/plaquiste a eut quelques difficultés à passer l’épaisseur d’isolant prévu dans l’habillage. La conséquence a été une absence d’isolant sur les appuis des fenêtres du rdc et au moins 2 cm de PSE gris sur le reste. J’ai donc ajusté dans le PHPP la valeur des ponts thermiques des menuiseries au cas le plus défavorable (soit sans retour isolant, même si la réalité est légèrement mieux).

D’un point de vu conception c’est un point que j’aurais du prévoir et trouver une autre  solution technique. C’est sur ces petits points de détails que l’on voit l’importance de la conception d’un projet passif en ayant un point de vu terrain. La solution la plus simple est souvent la plus fiable, il ne faut pas jeter la pierre aux artisans, les concepteurs sont aussi responsables de quelques défauts de mise en oeuvre. En tant que concepteur il faut toujours se demander :

  1. Est ce une solution efficace d’un point de vu thermique ?
  2. Est ce une solution facile à mettre en oeuvre ?
  3. Est ce coûteux ?
  4. Est ce que j’ai passer les bonnes consignes à l’artisan ?
  5. Est ce que l’artisan a compris ?
  6. Est ce que j’ai prévu les points de contrôles en cours chantier ?

Pont thermique dû aux poteaux BA des chaînages verticaux

C’est un pont thermique qui n’est jamais calculé par les bureaux d’études thermiques. Est il négligeable ?

Etant en zone sismique et ayant environ 78m cumulé de poteaux BA verticaux, il vaudrait mieux prendre en compte ce pont thermique. Les poteaux BA dégradent la performance thermique de la paroi en « grignotant » un peu du béton cellulaire et en « pompant » un peu de fraîcheur au niveau du sol. Ainsi j’ai du réaliser une calcul de ce pont thermique en 3 dimensions (voir simulation ci-dessous, le poteaux est présenté ici couché, la dalle basse se trouve à gauche et l’acrotère à droite).

poteau

Le calcul donne une valeur de pont thermique Ψ = 0,027 W/m.K. Ceci peut paraître négligeable mais ce pont thermique règne sur 78 m. Ainsi sur ce projet il fait partit des ponts thermiques les plus importants avec ceux présentés dans cet article.

Bilan

En prenant en compte les ponts thermiques présentés ajoutés à d’autres plus mineurs (Plancher intermédiaire, raccord ossature bois du garage, fixation des volets coulissant, coins sortants et seuils de porte-fenêtre), la puissance de fuite normalisée de ceux-ci est de 322 W (13 W/K) soit 23 % de la totalité des fuites.